Archives de Tag: mode

L’envers du décor…

Je sors du ciné, je voulais voir « Picture me, le journal vérité d’un top-model »: une top, Sara Ziff & son boyfriend Ole Schell, font un journal vidéo de la carrière de la demoiselle.
On la suit pendant 5/6 ans, de ses 17 ans où sa carrière commence à décoller, à ses 23 ans où, un peu lassée, elle reprend ses études.

Alors c’est un peu filmé avec les pieds & les vrais gros soucis de la profession sont effleurés, mais justement ça a le mérite de les effleurer.
Il est principalement question d’argent: de l’argent vite gagné par de toutes jeunes-filles toujours par monts & par vaux, larguées dans un monde d’adultes cyniques par des agences qui se paient (argent toujours) largement sur leurs dos.
Des carrières qui commencent de plus en plus tôt (14 ans!), des corps maigres & androgynes puisque pas encore finis (mais plus c’est plat, mieux le vêtement tombe!), une dure école pour des personnalités encore malléables: au mieux épuisement & impression d’être transparente, au pire agression sexuelle & cocaïne! Bref une vie de rêve… Machine à fantasmes aux coulisses peu ragoûtantes!

Mais moi, dans ma naïveté, ce que je trouve formidable c’est qu’à aucun moment, il n’est question de vêtements, de mode.
Toujours l’image, uniquement l’image…..

XXX

Céline

Poster un commentaire

Classé dans Oh ça fait peur!, Oh c'était bien!, Oh c'est beau!

Un an déjà…….

Il grandit, gentiment mais sûrement….

3 Commentaires

Classé dans Oh c'est beau!, Oh c'est bon!

BIBA, tout un univers…

Ah! Nos petites escapades londoniennes! Celle-ci fut un peu courte & limitée à un quartier…

Parfois j’aimerais surtout une exploration dans le temps car il y a un magasin qui m’a toujours fasciné & que, malgré mon grand âge, je n’ai pas connu (surtout à son heure de gloire) c’est BIBA!

noir, doré, typo & ornement Art Deco

Première boutique ouverte en 1964 par Barbara Hulanicki puis grand magasin de 7 étages en 1969, Biba était un art de vivre en soi, dans le quartier de Kensington.
Une ligne de vêtements qui mélangeait mode pointue & petits prix, une clientèle de femmes très minces (post-war babies) & très jeunes (à plus de 30 ans, on n’entrait plus chez Biba), avec de grands yeux de poupée, une silhouette particulière: petits bustes & longues jambes, manches ballons & mini carrure, couleurs assourdies (prune, violet, noir, vert foncé), petits imprimés, réinterprétation de lignes années 20 & 30 à la sauce sixties, & enfin la possibilité d’accessoiriser sa tenue: bijoux, collants & maquillage en abondance….

luxueux, non?...

très glamour, même!

Mais surtout & pour la première fois, une mise-en-scène des produits: pas de vitrines: elles étaient passées au noir pour donner un effet marquant à l’exterieur & peu de lumière à l’interieur, décor & merchandising noir & doré revisitant les codes Art Nouveau & Art Déco: tous les produits étaient conditionnés pour Biba: cela allait des pots de peinture à la boite de baked beans.

lessive, camembert, thé.... packagés Biba.

L’univers à forte image était complet puisqu’il existait des lignes homme, enfant, femme enceinte, maison, qu’on y vendait des livres, de l’alimentation, des articles de sport, qu’il y avait des restaurants, un salon de beauté…
Une vraie notion de glamour à l’époque où toutes les excentricités étaient de rigueur…

Les photos sont extraites du livre « Big Biba » ed. Antique Collectors Club

Malgré un démarrage extraordinaire, l’aventure se termine en 1975 par un gros problème financier & une différent artistique… Depuis les essais de reprise n’ont pas été concluants mais l’inspiration reste puissante.
Au début, je pense que TopShop a vraiment voulu jouer cette carte, oubliée depuis longtemps, même si en 2009, une mini-collection a été travaillée avec le label Biba.
En 2008, la marque de prêt-à-porter Biba a été relancée, dessinée par Bella Freud, sans rencontrer le succès
escompté – pourtant la collection était un bon mix entre la rigueur du travail habituel de Bella Freud & un esprit Biba renouvelé plutôt bien digéré.
House of Fraser (enseigne de grands magasins anglais) vient de racheter la marque & compte lancer une ligne en septembre 2010 en puisant dans les archives…. à suivre!

Tiens, j’vais aller m’écouter un p’tit David Bowie (période Ziggy Stardust), moi!….
xxx

Céline

6 Commentaires

Classé dans Oh c'était bien!, Oh c'est beau!

Mais que font-ils?

C’est pas la trève des confiseurs pour tout le monde… pendant que vous cuvez votre champagne et digérez votre dinde aux marrons… nous on bosse! (bon c’est vrai le foie gras venu d’Alsace, une petite cuvée de Vendanges Tardives et des muxus de chez Pariès ne sont jamais loin de nos ordis).

Alors voilà on y a beaucoup réfléchi… le bureau (de style!) c’est parti!

2010, et hop!….

Céline & Pascal

8 Commentaires

Classé dans Oh c'est beau!

La Mode des Françaises pendant l’Occupation…

En attendant tes aventures madrilènes & pour contrer cette offensive du snow (moi, j’ai connu les années 80 & elles ne repasseront pas par moi!), je t’emmène à une exposition hors les murs du Palais Galliera au Musée Jean Moulin au dessus de la gare Montparnasse (tu sais loin, au sud de Paris……..) l’aventure, quoi…….

foulard VICTOIRE

foulard marquant la Victoire

Alors voilà, nous sommes entre 1940 & 1944, les Parisiennes doivent apprendre à faire face au froid, aux queues d’approvisionnement, au pénuries en tout genre (nourriture, matières premières…), mais restent très créatives & astucieuses: on réadapte les vêtements, on récupère les chutes de cuir, de tissus, on se rue dans les cinémas & les théâtres car ce sont des lieux chauffés, on experimente de nouvelles matières (rayonne, fibranne…), on utilise le bois, le papier, on tisse même le poil des animaux familiers!!!foulard CARTES

Les accessoires tiennent un grand rôle parce qu’ils sont plus faciles à renouveler (un nouveau ruban sur un chapeau, une bandoulière tressée sur un sac…) & aussi parce qu’ils permettent à partir de 1942 à faire avancer la Résistance (sac à double-fond, talon d’escarpin creux & foulard avec cartes géographiques imprimées…).
La Mode n’est pas seulement frivole, elle se partage donc entre la propagande vichyste & outil de résistance!……

Cette exposition finit le 15 novembre, elle est passionnante par son aspect historique & sociologique. La familiarité des objets & de l’esthétisme de l’époque est assez troublant (ça ne parait pas si loin que ça!!!), bref, ça vaut l’heure de visite!…

foulard WELCOME

Désolée pour les photos, impossible d’en faire avec un gardien très très attentif!!!!!!

Céline

1 commentaire

Classé dans Oh c'était bien!